Imprimer
Catégorie : Electronique
Affichages : 342

Cette article décrit la méthode que j'utilise pour tirer mes cartes à partir d'un typon positif.

Imprimer le typon

Pour imprimer le typon, je n'ai à ma disposition qu'une imprimant jet d'encre Canon i455. Les valeurs indiquées ici sont donc celles correspondant à cette imprimante.

 

Insoler la carte

Pour insoler la carte, j'utilise une insoleuse 4 tubes (Kit Ermes).

Tout d'abord, il faut préparer le typon en coupant les angles de façon à pouvoir le replier sur le circuit imprimé (photo).
Une fois ceci effectué, on place la carte préalablement découpée (attention à la largeur du trait de coupe) sur le typon, en vérifiant bien qu'il est à l'endroit (on doit pouvoir lire les lettres présentes), puis on le scotch sur la carte de façon à rendre le bloc solidaire et à réduire la distance entre la carte et le typon (photo).
On peut alors passer à l'insolation proprement dite qui est très simple: Fermer l'insoleuse, allumer les tubes pendant 3 minutes 30 puis éteindre les tubes.

 

Essais

Voici une galerie d'essais (après révélation) avec une carte simple face KF :

 


La rangée du haut est faite avec trois calques superposés, la rangée du bas avec deux seulement.
Les temps d'exposition vont de 1'30 à 5 minutes, par palier de trente secondes.
Comme on peut le voir, la rangée du haut ne donne pas des résultats satisfaisants, c'est flou.
La rangée du bas est plus intéressante, et 4 minutes semblent donc être nécessaires. Mais sur une carte plus grande, il s'avère que c'est un peu trop, je reste donc sur 3'30.
Au final, le calque n'est pas probant car il diffuse trop ce qui rend les bords des pistes flous. Il faut que j'essaye les transparents pour rétroprojection qui devraient être meilleurs du point de vue de la diffusion mais aussi plus sensibles du point de vue de l'opacité de l'encre.

 

Révélation

La révélation consiste à enlever les parties exposées du film photosensible au moyen d'un produit chimique.
Celui-ci est généralement de la soude (NaOH) et c'est d'ailleurs le seul que l'on trouve en magasin d'électronique.
Bien que son efficacité soit redoutable (quelques secondes), il n'est pas pratique à utiliser car sensible à la température, volatile une fois ouvert et si vous laissez trop longtemps le circuit, il "bouffe" même les parties non exposées.
En tout état de cause, ne frottez JAMAIS la carte avec les gants, vous effaceriez les pistes.

Il existe un autre produit, fabriqué par Mega Electronics en Angleterre et revendu par RadioSpares sous la référence 690-849. C'est du Métasilicate de Sodium (Na2SiO5), et semble être bien plus facile d'utilisation, malgré un prix plus élevé. Plus d'infos quand j'en aurais reçu.
L'idée est venue de Mike's Electric Stuff, qui décrit très bien la méthode.

Enfin bref, au final, sur une carte complète, on obtient ça :

 


Les crochets pour la gravure sont déjà en place. On remarquera au passage que certaines pistes ont été repassées au stylo noir. J'ai utilisé un stylo feutre noir prévu pour les rétroprojections, le Stabilo OHPen Universal Permanent. Même s'il est censé être indélébile, il part très bien à l'acétone et résiste au Perchlorure de fer.
Son utilisation permet de refaire certaines pistes mangées par le révélateur.