Imprimer
Catégorie : Réseau en Z
Affichages : 985
Détail sur la procédure utilisée pour créer les volumes sur le réseau

Introduction

Pour réaliser des volumes, il est fréquent d'utiliser un système de bandes plâtrées posées sur du grillage. Ca permet en particulier de faire des volumes creux, ce dont j'ai effectivement besoin pour faire passer les trains sous la colline en haut à droite.
Cependant, avec l'échelle Z, le grillage ne permet pas de réaliser des formes facilement et risque d'être trop lourd sur l'ensemble du réseau.
Une autre méthode consiste à utiliser du polystyrène mais là le challenge consiste à trouver le bon outil pour le découper. En effet, au cutter ou au couteau, ça fait des petites billes et ça ne permet de faire de belles découpes que sur des longues distances. Mais en utilisant un fil chaud, ça marche très bien. Le principe est de faire circuler un courant dans un fil fin tendu entre deux bras, ce fil chauffe et fait légèrement fondre le polystyrène que l'on veut découper.
Bien qu'il soit possible de le fabriquer soi même, ça existe tout prêt avec en prime moins de prise de tête. Enfin, moins sur le design, mais pour le trouver à un prix raisonnable (trentaine d'euros) en région lyonnaise, c'est un autre problème. Avec un peu de chance, j'ai fini par trouver celui de Woodland Scenics (Référence ST14401) chez Sathonay Modélisme à coté de chez moi.

Répartition des blocs

Le polystyrène à ma disposition étant issue de la récupération des blocs d'emballage il a fallu trouver la meilleure répartition en fonction des volumes à combler. En particulier au centre du réseau qui est large mais pas très haut :


Ajustement en hauteur

Bien évidemment, les blocs doivent être plus haut que le niveau à atteindre et ensuite ajustés via une découpe au fil chaud. Voici ce que ça donne sur le coin inférieur gauche :



Comme vous pouvez le voir, il est en fait en deux morceaux et il manque de la matière par endroits. Mais ceci sera gommé par l'étape de "bandage" décrite plus tard dans cet article.

La montagne et le tunnel

Pour la montagne, j'ai utilisé des blocs pas très longs mais suffisamment hauts (15 centimètres) pour permettre le passage des trains en dessous tout en permettant une sculpture d'un volume harmonieux. Afin d'assurer des jointures pas trop disgracieuses, il est nécessaire de marquer les lignes de coupe avant de procéder à la sculpture, comme on peut le voir sur cette image :


Accès de service au tunnel

Afin d'assurer un accès au tunnel en cas de problème, d'autant plus qu'il abrite deux aiguilles. Il est donc important de faire des arches pour permettre de passer la main. C'est totalement disgracieux, certes, mais c'est à l'arrière du réseau et ne sera donc pas visible. Voici ce que ça donne :

 

Vue globale

Une fois tous les morceaux découpés, on peut se donner une idée du résultat en plaçant les deux bâtiments et une voiture sur le réseau :


Bandage

Afin de combler les vides entre les blocs et de masquer certaines différences de niveau dues aux découpes, on va utiliser une variante des bandes de plâtres mentionnées au début de cet article. Ici, parce que le volume est déjà présent, on n'a pas besoin que le les bandes assurent une grande résistance mécanique. Il suffit qu'elles collent à la surface et pour ça ce qui marche le mieux, c'est une approche "papier mâché", à savoir des bandes de papier journal trempées dans un mélange de colle à bois et d'eau. Voici ce que ça donne sur le même coin que précédemment :

 

Entrée de tunnel

Les bandes permettent également de joindre les morceaux de polystyrène aux éléments de décor tels que les entrées de tunnel :


Vue d'ensemble

Voici une vue d'ensemble une fois l'essentiel des volumes recouverts de bandes :



Il conviendra de noter que deux couches de bandes mises en opposition sont nécessaires pour assurer une bonne réalisation des volumes.
Vous aurez remarqué sur le cliché précédent qu'une grande partie des volumes ont été retirés au centre en attendant que le plan de la "ville" soit finalisé. En effet, il faudra probablement faire passer l'alimentation électrique ou lumineuse et il serait stupide de devoir démonter les volumes alors qu'il suffit de les mettre après avoir amené le reste en "sous-sol".
Une fois la mise en lumière effectuée, on peut continuer l'application des bandes et ainsi obtenir le résultat suivant :



Il est alors possible de passer à la réalisation de la végétation et des éléments naturels.